publicité

Trois radars pièges en Basse-Normandie, selon l'association 40 millions d'automobilistes

Le radar situé à Loucelles sur la RN13, celui de Canapville à la sortie de l'autoroute A132 près de Deauville, et celui d'Ouilly le Vicomte (Calvados) sont dans la liste des 72 "radars pièges" établie par l'association "40 millions d'automobilistes". 

  • LQ
  • Publié le 29/04/2013 | 11:16, mis à jour le 29/04/2013 | 12:50
© France 3 Basse-Normandie
© France 3 Basse-Normandie
Incontestablement, les radars sont utiles, ils ont permis de faire respecter les limitations de vitesse sur les routes de France et le nombre de morts a fortement baissé. 
Mais sur les milliers de radars situés en France, certains sont considérés par les automobilistes comme des pièges, des "machines à sous". 
Ce sont les radars situés dans les descentes, ou encore dans des zones où la vitesse maximum baisse brutalement, ou encore ceux placés juste derrière les panneaux d'entrée de zones. 

L'association "40 millions d'automobiliste" a collecté en quelques mois 67 000 témoignages, dans le cadre d'un audit participatif baptisé "raconte-moi ton radar", et a établi une carte des "radars pièges de l'hexagone".
« Lorsqu’un automobiliste se sent piégé, il finit par rejeter tout un système. "Raconte-moi ton radar" a donc pour objectif d’alerter les Pouvoirs Publics sur les situations ressenties comme des pièges » explique Daniel Quéro, Président de l'association. 
Voir la carte interactive de 40 millions d'automobilistes. 

Afficher RMTR sur une carte plus grande
Canapville, de 130 à 50 km/h

Celui-là fait pester bien des automobilistes : il est situé à la sortie de l'autoroute A132 de Deauville, dans une portion où la vitesse est limitée à 50 km/h.
Ce qui fait passer la vitesse autorisée de 130 km/h à 50 km/h en quelques centaines de mètres.
Un automobiliste de 65 ans qui témoigne sur le site de l'association 40 millions d'automobilistes s'est fait flashé 5 fois par ce radar, pour une vitesse allant de 51 à 53 km/h ! Il réclame un radar pédagogique en amont.
Autre témoignage d'un jeune automobiliste sur le site de radars-auto.com : "Voici exactement l'exemple de radars qui ne sont pas là pour sauver des vie mais pour gagner de l'argent. Je me suis fais flasher aujourd'hui, la route nous incite à accélérer, et au moment ou je me rend compte que je suis en ville (je freine donc) Paf ! un flash ! Ca fait 5 ans que je conduis et premier flash et ben ça fait mal surtout lorsque l'on se fait voler de la sorte".

Vaucelles : 70 kilomètres/heure sur la RN 13

© cgiup, via radars-auto.com
© cgiup, via radars-auto.com
C'est l'un des radars qui flashe le plus en France (plus de 20 000 flashs relevés en 2011, soit en moyenne 57 par jour).
Ce radar est situé sur une double voie, la RN 13, qui relie Cherbourg à Caen. Il impose une limitation à 70 kilomètres/heure, car des habitations sont situées au bord de la nationale. Le piège, selon les automobilistes, c'est que ce radar est situé au niveau du panneau, et qu'il prend les gens au dépourvu.

Ouilly-le-Vicomte : en bas d'une descente

Ce radar est situé sur la Départementale 579, dans le sens Pont-l'Evêque-Lisieux, dans le Calvados. 
Il est montré du doigt par les automobilistes car il est placé en bas d'une descente, sur la droite de la route. Il flashe par l'arrière. 
Dans cette configuration, si l'on n'a pas l'oeil vissé sur le compteur, on peut très vite se retrouver quelques kilomètres au dessus de la vitesse autorisée sans même s'en rendre compte. 
L'usage du régulateur de vitesse n'est pas non plus une garantie, car dans une descente, le dispositif peut mettre un peu de temps pour faire repasser le véhicule à la vitesse demandée. 
 
Que faire contre ces radars jugés "abusifs" ?

Au niveau de l'automobiliste, il n'y a pas grand chose à faire. Si vous avez été pris, il est quasi-impossible de contester la nature abusive de la position d'un radar.

Les pouvoirs publics ne vont pas enlever les radars en question, ou alors à la marge : Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a déclaré ce lundi matin sur RTL : "Il y 66% de morts en moins à proximité des radars, donc je ne faiblirai pas, je ne baisserai pas la garde. On peut s'adresser à la commission nationale de sécurité routière si on estime qu'il y a un abus. Je regarderai avec intérêt les propositions qui aujourd'hui sont faites, mais nous ne pouvons pas baisser la garde". "Les radars sauvent des vies. S'il y a ici ou là un radar qui serait inutile, pourquoi pas, mais attention à ce débat", a ajouté le ministre. 

L'association "40 millions d'automobilistes" propose de son côté sept mesures pour faire disparaître les pièges : 
-Rappeler la vitesse à respecter au niveau du panneau avertisseur de radar
-Doubler les panneaux de limitation de vitesse lorsque la route le permet
-Trouver une alternative au radar en fin de descente
-Supprimer les litiges de signalisation à l'approche des radars
-Créer une régle de "temps d'adaptation" lors d'un abaissement de la vitesse
-Rendre visible l'invisible en supprimant les radars cachés
-Faire un bon usage du radar pédagogique

Voir le compte-rendu complet de l'opération "raconte-moi ton radar" dans le livret de "40 millions d'automobilistes"

En février 2012, nous avions réalisé un reportage sur les "performances" des radars bas-normands", suite à l'enquête d'Autoplus sur les statistiques de l'année 2011. Le voici :
Palmarès des radars pour l'année 2011 en Basse-Normandie



les + lus

les + partagés

publicité